Mots, et maux, émotions

L'inspiration au bout des doigts, les mots au fil de la vie

21 mars 2015

Sans papier

Pour Kaleidoplumes et sa consigne 337 :

Choisissez une de ces 3 photos et inspirez-vous en pour écrire un texte qui aura la forme de votre choix .

Contrainte, la phrase suivante:

Au printemps de quoi rêvais-tu?


Cette question devra être placée en incipit puis plusieurs autre fois dans votre texte. (je vous laisse entière liberté pour la placer comme bon vous semble et suivant la forme que votre texte aura pris.

Cette phrase est issue de la très belle chanson Au printemps, de quoi rêvais-tu, de Jean Ferrat, qui nous a quitté il y a 5 ans.

Voici la photo que j'ai choisi :

337

_____________________________

Sans papier

Au printemps de quoi rêvais tu alors que les cotes de France approchaient ? Sur un bateau de fortune tu avais embarqué, quittant ton Afrique natale, la misère et la guerre, avec ta femme dont le ventre s’arrondissait. Rêvais tu d’une vie meilleure pour l’enfant qui s’annonçait ?

Avec peu de bagages, tu as débarqué, tu t’es installé la où on voulait bien de toi. Tu as pris le travail que l’on te proposait, sans considération de tes diplômes : balayer les rues n’a rien de dégradant, surtout lorsqu’il s’agit de nourrir sa famille.

Au printemps de quoi rêvais tu lorsque tu voyais tous ces déchets, tous ces objets jetés, tout ce gâchis de cette société dite civilisée ? Pensais tu aux enfants en quête de nourriture dans les camps ?

Ton fils a grandi, ce petit bonhomme qui tenait dans le creux de tes bras a pris le chemin de l’école.

Au printemps de quoi rêvais tu lorsque tu l’accompagnais, sans papier, la peur au ventre d’être dénoncer, arrêter sous les yeux de ton petit ?

Mais tu continues d’avancer, la tête haute, fier de qui tu es, fier de ce que tu fais.

Et ce printemps, de quoi rêves tu ? Tu rêves d’un monde meilleur pour ton fils, d’un monde sans frontière, d’un monde ou il sera libre de faire ce qu’il veut, d’aimer qui il veut, de vivre où il veut, sans avoir à se cacher, sans craindre les armes, sans craindre les mots. Tu rêves d’un monde sans pauvreté et sans haine, d’un monde nouveau dont la devise sera respect, solidarité et humanité.

 

                                                                                                          20/03/15

 

Posté par Tylymymy à 20:44 - Un petit mot [0] - Permalien [#]

Vos paroles

un truc à dire