Mots, et maux, émotions

L'inspiration au bout des doigts, les mots au fil de la vie

30 novembre 2014

Mur démotion

Pour Kaleidoplumes et sa consigne 321 :

La chute du mur de Berlin, c'était il y a 25 ans. Ce 9 novembre 1989, à 20h, les journaux télévisés annoncent cette nouvelle incroyable: "le mur est ouvert" .
Alors des milliers de Berlinois de l'Est se précipitent sur le mur pour passer la frontière entre l'Est et l'Ouest.
2 jours plus tard, le célèbre violoncelliste Mstislav Rostropovitch donne un concert devant le mur. Cela restera une des images marquantes de la chute du mur de Berlin.
Je vous propose de vous inspirer de l'une des 2 photos suivantes (ou des 2) pour écrire un texte dont l'auteur sera un témoin de la chute du mur.

Cet auteur sera soit un allemand de l'Est, soit un allemand de l'Ouest et le récit sera écrit au présent.


Contrainte: insérer dans le texte la phrase suivante

C'est complètement dingue, le Mur ne divise plus rien !

violoncelle sur le mur

__________________

Mur d'émotion

En ce soir de novembre 1989, la rumeur enfle et gonfle dans les rues en liesse de Berlin Ouest. Le mur ! Le mur va être détruit !

Je me laisse entraîner par la foule en direction de la porte de Brandebourg. Cette porte que j’ai vu s’ouvrir il n’y a pas si longtemps pour laisser passer une femme âgée qui venait de RDA. L’émotion m’avait alors submergée en la voyant tomber dans les bras de sa sœur qu’elle n’avait pas vu depuis le début des années 60. Une scène que je ne reverrais plus car comme viens de me le hurler un passant : « c’est complètement dingue, le mur ne divise plus rien » !

Je suis le mouvement vers ce mur qui sépare nos vies divise notre pays, enlaidit notre ville, ce mur qui coupe Berlin en deux en une fracture si visible la nuit lorsque les lumières et la fête prennent possession de l’ouest, alors que l’est sombre dans une nuit noire. Je suis le mouvement comme porté par la musique qui envahit l’espace. Cela me semble si irréel cet air de Bach joué au violoncelle, les notes pénètrent dans mon cœur et s’accordent a merveille à l’intense émotion que je ressens.

J’arrive près de la porte et je les vois, des militaires, des civils, fourmis anonymes qui à coup de burin, de marteau, grignotent peu à peu le ciment et la pierre du mur de la honte. La compréhension semble enfin entrer en mon cœur, et je prends conscience qu’en cette nuit, qu’en ce moment tout va changer. En cet instant le monde est berlinois et je laisse alors couler mes larmes de joie.

Posté par Tylymymy à 17:13 - Kaléïdoplumes - Un petit mot [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Vos paroles

un truc à dire