Mots, et maux, émotions

L'inspiration au bout des doigts, les mots au fil de la vie

30 juillet 2006

BG pour UO

Voici l'histoire d'une autre Myriel, enfin juste une partie de son histoire. Je devais la jouer avec des amis belges sur Ultima Online, mais un probleme de pc m'en a empeché.

« La tempête avait éclaté brusquement. Le ciel, jusque là d ’un bleu azur, s’était assombri d’un coup. D’épais nuages noirs l’avaient obscurci, bouchant l’horizon. Le vent s’était levé, faisant claquer les voiles. La mer était démontée. Les vagues, tel un troupeau de chevaux couverts d’écume, montaient à l’assaut de l’embarcation.

Le bateau était malmené par les flots en furie, ballotté par les creux dans l’océan. A bord, les hommes d’équipage courraient sur le pont, réduisant la voilure. Le capitaine hurlait des ordres, tentant de couvrir le bruit grondant du vent de sa voix de stentor.

Dans la cabine des passagers, une femme essayait de calmer les deux fillettes qui pleuraient, effrayées par tout ce bruit. Son époux était monté sur le pont pour obtenir des nouvelles et proposer son aide aux hommes du navire. Chaque craquement du bois, plus lugubres les uns que les autres, apportait de nouveaux pleurs de la part des enfants. La femme faisait face courageusement, ne laissant pas percer son inquiétude, seule une lueur de frayeur éclairait par moment son regard vert d’eau.

Un craquement se fit entendre, plus sonore et plus sinistre que les précédents. Des cris... Des bruits de pas dans la coursive... La porte s’ouvrit avec violence sous la poussée d’un marin :

- Sortez vite !!! ..; Nous avons une voie d’eau !!!

La femme attrapa chacune des fillettes par la main et se précipita sur le pont. Dehors, elle fut accueillit par la fureur du vent. Une bourrasque arracha le châle qu’elle portait sur la tète, révélant une longue chevelure d’un noir de jais ou perçaient de fines oreilles pointues. Elle scrutait l’équipage, à la recherche de son époux, à la recherche d’un marin pouvant lui apporter de l’aide. Mais tout était que fureur, précipitation et désorganisation....

Elle enveloppa ses enfants dans sa cape, les mettant à l’abris de la fureur des éléments et leur recommandant de ne pas bouger. Elle partis en direction de l’arrière du navire, luttant contre le vent et le roulis qui la déstabilisait. Elle pensait y trouver le capitaine, cet homme un peu frustre auquel ils avaient payé leur voyage a prix d’or. Elle parvins avec difficulté au gaillard arrière, se tenant fermement à la rambarde pour ne pas tomber. Avec stupeur, elle constata que personne ne tenait le gouvernail. La corde sensée obliger le bateau a maintenir le cap était défaite, la roue tournait dans tout les sens , rendue folle par la tempête. Le navire était sans gouvernail, sans pilote, livré à lui-même et à la furie des éléments.

Un hurlement perçant la fit se retourner, juste à temps pour voir un marin attraper le paquet que formaient ses filles emmitouflées dans sa cape et les porter jusqu’à un canot de sauvetage. Elle hurla, siffla comme une chatte en furie, criant au marin de laisser ses filles, et se mit à courir. Une brusque embardée du navire la surpris et elle se retrouva affalée de tout son long contre le pont. Quelque peu assommée, le front en sang, elle se releva avec difficulté. Ses cheveux, poisseux, trempés par la pluie battante, lui collaient au visage. Un rideau d’eau et de sang obscurcissait sa vue. Elle avançait péniblement vers l’endroit ou elle avait vu l’homme embarquer ses enfants, se guidant plus à l’oreille, percevant les pleurs des fillettes.

Elle ne vit pas la vague arriver... L’eau salée l’environnait... pénétrant par sa bouche dans ses poumons... de l’eau partout autour d’elle... tourbillonnante... la ballottant... Elle perdit conscience dans cet univers mouillé, le bras tendu vers le ciel comme pour tenter de se raccrocher à une unique pensée : ses filles... »

La femme se réveilla brusquement, inspirant l’air froid de la nuit a plein poumons.

- Ce n'était qu’un rêve... un de plus... Ho Lisaelle mes filles les retrouverais je un jour ? Mes petites Elen et Isil sont elles en vie ?

L’elfe frissonna. Elle rassembla du bois mort et fit un feu pour se réchauffer. La nuit était très froide et il lui semblait ressentir encore autour d’elle le linceul glacé des profondeurs océaniques.

La flambée prit très vite et les flammes s’élevèrent vers le ciel étoilé. Elle se tenait debout, fine silhouette se découpant dans la clarté du feu. Elle leva les yeux, scrutant le ciel, cherchant dans les étoiles une réponse. Sa voix s’éleva alors, claire et haute, sans que vraiment elle en eu conscience. Elle entonna un chant, une prière en mémoire de ces êtres si chers à son coeur et qui avaient disparu depuis des années.

deux petites filles, deux enfants

soleils de ma vie, lumieres de mon coeur

un epoux tendre et aimant

l'ocean m'a oté ces sources de bonheur

ai! aica umbar                                      helas cruel destin

Yéni avanier                                        les longues années ont passé

Andumë pella                                       au dela de l'ouest

ëar-celumessen pella                            au dela des flots de la mer

les années ont passé sur mon malheur

avec eux s'en est allée ma joie

je ne connais plus de ce monde la douceur

je ne suis plus que chagrin au fond de moi

ai ! aica umbar                                     helas cruel destin

fanë cirya falmalinnar                           blanc navire sur les vagues ecumantes

oantë tenna fanyarë                              parti aussi loin que les cieux

arwa, ringa sumaryassë, Myrielhini        avec, en son sein froid, les enfants de Myriel

Man hlaruva ravëa indonya                   Qui entendra mon coeur rugir

terhantë, saccantë ?                              brisé, dechiré ?

Man hiruva harmanya ?                        qui trouvera mes tresors ?

utulie'n aurë                                         Le jour est venu

ho hir alassënya                                    de trouver mon bonheur

a vala Lisaelle                                      que Lisaelle l'ordonne

Sa voix s’éteint dans un dernier murmure, sur le prénom de ses filles. Et elle se laissa tomber à genoux. Elle resta là longtemps, agenouillée devant le feu qui peu à peu s’éteignait, laissant ses pensées, ses souvenirs vagabonder vers les années de bonheur. Une larme, unique perle de cristal, roula doucement sur sa joue. Elle ne l’essuya pas. Laissant ce symbole de son amour glisser vers le sol, vers la mère nourricière.

Un long frisson parcouru brusquement son corps. Elle se tint aux aguets, seule une certaine raideur dans les épaules pouvait en apporter la preuve. Des yeux l’observaient... Pas une, mais deux personnes l’épiaient. Elle le ressentait dans tout son corps, avec tout ses instinct d’elfe. Doucement, masquant ses gestes par l’ombre du feu mourant, elle tendit la main vers son arc. Le craquement d’une brindille sur sa gauche la fit se retourner, l’arc bandé... une flèche prête à être décochée...

- Qui vas là ? Montrez vous !!! "

Posté par Tylymymy à 10:40 - Ultima Online - Un petit mot [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Vos paroles

    Tout plein de questions tout au long de la lecture de ce texte captivant !...
    Cette autre Myriel ?
    Ultima Online ?
    Cette langue traduite ?
    Une suite ?....

    Posté par Thanna, 08 août 2006 à 13:49
  • Myriel parce que j'aime le nom et je l'ai donné a différents personnages.
    Ultima online est le nom du jeu.
    La langue est de l'elfe (non non je ne parle pas elfe couramment, mais mon ami google m'a fournis des dictionnaires.)
    Et la suite non, cela c'etait fait en jeu : il s'agissait en fait des rerouvailles entre une mere et ses filles (nous avons juste eu le temps de jouer ces retrouvailles avant que mon pc me dise qu'il n'aimait pas ce jeu).

    Posté par Myriel, 08 août 2006 à 19:57
  • Vraiment triste.

    Coucou, je veux te dire que ton texte est génial. J'aimerais ça pouvoir l'utiliser pour un BG sur un autre serveur, est-ce que tu me permetterais ?

    Posté par Stedio, 07 novembre 2006 à 17:13

un truc à dire